Ces dernières semaines ont été rudes pour Google en Europe, du fait d’abus de position dominante entre son moteur de recherche et les comparateurs de prix. Mais cet article fait suite à l’annonce du Géant Américain de lancer un Fond Européen pour le développent du Journalisme numérique.

News Lab by Google : Digital News Initiative

La firme de Mountain View souhaite ouvrir ses fonds d’aide à la presse européenne afin d’aider les éditeurs de presse à monétiser leurs plateformes digitales et trouver un business model durable pour relancer le secteur qui souffre depuis de nombreuses années.

En effet, les journaux ont eu du mal à passer le cap du digital à la fois en le dénigrant dans un premier temps, mais également par l’incapacité de mettre un business model sur le long terme.
Ce fond d’aide passe par la mise en place d’un News Lab destiné à enseigner aux équipes de rédactions les bonnes pratiques du digital. Notamment sur l’usage des données collectées par les sites de presse afin d’écrire de réelles informations-histoires à leur lectorat. Tout de suite, je pense au modèle mis en place par Melty pour relever les tendances à l’instant T, et publier des informations étroitement liées afin d’attirer et de fidéliser toujours les lecteurs.
150 millions de dollars sont prévus, dans les 3 prochaines années, sur des recherches afin d’atteindre le but.

À l’heure actuelle, c’est 8 éditeurs presse qui ont été sélectionnés pour participer à ce projet : Les Echos (France), le Frankfurter Allgemeine Zeitung et le Die Zeit (Allemagne), The Financial Times et The Guardian (Royaume-Uni), NRC Media (Pays-Bas), El Pais (Espagne) et la Stampa (Italie). Cette liste n’est pas fermée et se verra ouvrir à d’autres partenaires futurs.

Un lancement qui met fin au Fonds pour l’Innovation Numérique de la Presse (FINP)

Cette initiative met fin au FNIP qui consistait à aider la presse française, dont de nombreux journaux d’information ont reçu des aides : Le Monde, Le Figaro, Rue89, BFM-TV, etc.
L’ouverture de fond à d’autres éditeurs européens n’est pas une surprise, car sa durée n’était que pour 3 ans et que la date est arrivée à terme.

Mais pourquoi Google se mêle des problèmes de la Presse et souhaite les aider ?

Google veut pacifier sa relation avec les éditeurs de presse

Comme le sous-titre l’indique, la création de ces fonds d’aide (le premier français puis européen aujourd’hui) a été une façon pour Google de détendre les relations que la firme menait avec les éditeurs. En effet, ces derniers reprochaient fortement à Google de copier leurs contenus sur le Web notamment avec sa fonction Google Actualités sans aucune compensation financière.

Cette initiative est une belle manière pour Google de calmer l’atmosphère en attribuant des fonds financiers à des journaux qui en ont bien besoin, mais également de s’immiscer dans le journalisme. Qui rappelons-le, est l’un des piliers démocratiques et de pouvoir (pas de théorie du complot, messieurs dames…).
Serait-ce également une manière pour Google de calmer les ardeurs offensives de la Commission Européenne en aidant un secteur qui, disons-le, rampe et ne survit qu’aux aides des collectivités publiques.

Ce sujet n’est sans nous rappeler les derniers communiqués du réseau social Facebook dont la volonté est de devenir de plus en plus un éditeur de presse qu’une simple plateforme sociale. Il est intéressant de suivre ce genre d’initiative prise par les Géants du Web dans d’autres domaines qui ne sont pas dans leur ADN…

Source