On allait voir ce que l’on allait voir, avec l’entreprise 2.0, notre vie au travail allait changer comme par magie avec les réseaux sociaux d’entreprise. La magie des réseaux sociaux allait enfin changer le monde de l’entreprise ! Et patatras !! les articles régulièrement publiés sur notre site en témoignent, rien ne se passe comme prévu là, où de grandes entreprises investissent des dizaines de milliers d’euros pour tenir sous oxygène leur RSE, des PME réussissent à déployer leur réseau social interne à peu de frais… Et d’autres échouent aussi.…

Visiblement tout le monde expérimente, teste fébrilement et cherche des solutions pour déployer sa solution idéale. Voici quelques modestes conseils stratégiques qui peuvent être recommandés pour vous aider dans votre quête du St Graal, à savoir un réseau social sur-mesure, capable de faciliter le travail entre collègues et de vous simplifier la vie avec un maximum d’engagement et d’interactivité. Bref, le rêve de tout communicant !

#1 Modestie, modestie et….modestie

Inutile de vous lancer dans un projet démesuré, de promettre à votre Direction Générale « LE » grand soir de l’intranet. Ne prononcez qu’a bon escient, le mot Réseau Social d’Entreprise, il peut effrayer, car connecté aux images négatives des réseaux sociaux et donc repousser votre DG (sommes nous prêts ? La productivité va-t-elle être touchée ? Il vont passer leur journée à se passer des photos de vacances… cela va dégénérer…).

Faites-vous l’ambassadeur des plus-values attendues à terme en matière de productivité, de transversalité et de climat de travail. Ne niez pas les écueils éventuels, évoquer la nécessité d’une charte d’utilisation…

De plus, inutile de déployer un RSE dans une organisation verticale, hyper-centralisée et contrôlée… cela va être un gros choc des cultures et tombera à plat. Un RSE favorise et accompagne la transversalité, ouvre des espaces, facilite le travail en mode projet, mais ne décrète pas “le travailler ensemble”…

#2 Commencez à créer une communauté bienveillante autour de votre projet

À commencer par votre Direction Générale, votre DSI (cf conseil n°4). Puis associez le plus largement possible les futurs utilisateurs à l’élaboration des besoins. Aidez-les à formuler leurs attentes (par mail, par réunion, par groupe de travail, groupe de testeurs…), identifiez les ambassadeurs potentiels de votre projet.
Bref, vous devez créer et animer une communauté. Il ne s’agit pas de penser pour les collègues, mais de travailler avec les collègues…

#3 Qui va lentement va sûrement !

Votre entreprise recouvre des personnels très divers, aux pratiques digitales diverses et hétérogènes. Prévoyez une stratégie progressive de déploiement de votre réseau et de ses différentes fonctionnalités, cela permettra de créer une culture commune autour de votre intranet. Les utilisateurs n’aiment pas le changement même fait avec passion et attention… Les utilisateurs n’aiment pas que l’on bouscule leurs habitudes sur un ancien intranet à qui il a fallu du temps pour s’installer dans les usages…

Une fois  déployé, facilitez la vie de vos utilisateurs, multipliez les tutoriels, les plaquettes, ouvrez une hot-line pour accompagner les utilisateurs dans la recherche de leur rubrique préférée et déplacée pour éviter d’entendre à la machine à café :

« ils sont gonflés à la com’, les menus de la cantine sont introuvables ! »

Un utilisateur déçu est un utilisateur qui ne revient pas ou très rarement….

Dans la même catégorie

#4 Faites de votre DSI votre allié de choix

Votre nouvel intranet ne peut se concevoir qu’avec la bienveillance au moins passive de votre DSI, dont le réseau sera structurellement impacté. Il doit être associé à toutes les étapes du projet et le porter avec vous.

Certains utilisateurs n’ont pas le réflexe quotidien d’aller sur le RSE pour y voir les nouvelles actualités, interactions… pour contourner cet obstacle faire de votre RSE le seul et unique endroit où trouver des outils indispensables comme la réservation d’un véhicule, d’un PC, le logiciel de pointage et de demande d’absence, l’accès aux indicateurs de gestion et à certains logiciels métiers. Coordonnez-vous avec la DSI pour supprimer tous les raccourcis sur les bureaux des ordinateurs des collègues. Tous ces accès sont autant d’occasions d’accéder et de découvrir votre RSE…

#5 Regardez les bons indicateurs !

Un réseau social c’est bien souvent 95 % de membres passifs, 4 % d’acteurs et 1 % d’acteurs/créateur de contenus. Le RSE n’échappe pas à la règle d’autant plus que le membre du RSE est identifié (toute action doit identifier son auteur!), il joue donc son image de salarié… Pour évaluer la vie de son RSE, il est préférable de prendre comme indicateur le nombre de connexions par billet, le parcours de connexion des utilisateurs. Le nombre de « Like » ou de commentaires est donc tout relatif !

Pour toutes ces raisons, ne vous lancez pas dans le grand soir de l’intranet 2.0 du jour au lendemain ! Bref, allez-y step by step ! Bienvenue dans l’aventure du RSE…