Dans une étude récente, Capgemini Consulting éclaircit le sujet de la monétisation des objets connectés, un train que les entreprises, quelque soit leurs taille ou leur secteur ne peuvent laisser passer.
Les quelques chiffres évoqués par Cardinal Peak donnent le tournis : Le cabinet qui estime le marché des objets connectés à 5,4 Mds$ en 2015, voit le marché de la domotique à 35,4 Mds$ en 2016 et celui de la voiture connectée à 54 Mds$ en 2018!

On comprendra donc pourquoi

96% des entreprises entendent inclure l’internet des objets dans leur stratégie des 3 prochaines années

Et pourtant, certains points freinent encore leurs ambitions de monétisation :

  • Le manque de standard : la richesse des objets connectés est justement leur capacité à communiquer entre eux et donc la nécessité de standards qui n’ont pas encore émergé
  • La crainte sur la sécurité des données échangées et stockées est un sujet récurrent,
  • Et enfin le manque de retours concrets de projets réussis qui n’incite pas à investir dans des projets qui demandent souvent une énergie

monétiser iot

Se pose ensuite la question du « comment y aller ? »

4 pistes d’amélioration de revenus

  1. Le Produit Premium
    Adapté aux entreprises proposant déjà des produits manufacturés, il s’agit d’intégrer une fonction de communication à ces produits,
  1. Le Service Facturé
    C’est le modèle de la transformation du produit en service, le produit manufacturé sert de base à un service proposé
  1. La vente de données
    Dans ce modèle, l’entreprise vend des données collectées par ses produits. Ces données servent de point d’entrée statistique ou comportemental au marketing de produits connexes ou de marques partageant la clientèle
  1. L’écosystème
    Il s’agit là de grouper les produits et actions d’entreprises complémentaires pour générer, ensemble, du revenu. La vertu de l’écosystème est de créer une masse critique permettant d’attirer d’autres produits compatibles avec cet écosystème, ce qui corrige en partie le problème du manque de standards.

Et cinq modèles de facturation

  1. La facturation « one shot »
    Bien adaptée aux pur produits comme les « wearables »
  1. La facturation au résultat
    Qui représente généralement un partage des gains obtenus par el produits/services
  1. Le freemium
    Qui permet d’attirer de nouveaux clients
  1. L’abonnement
    Qui assure une prestation dans le temps
  1. La facturation au consommé
    Qui permet au client de variabiliser les coûts

Ces modèles ont le mérite de poser les bases de la réflexion et de permettre à chaque entreprise d’instruire le sujet en fonction de leur clientèle et de leur maturité : une entreprise ayant une clientèle engagée ira plus naturellement vers l’ajouts de services, là où une entreprise collectant énormément de données pourra facilement les monétiser, les deux n’étant pas exclusifs !

[slideshare id=40061921&doc=iotmonetization-141009061743-conversion-gate01&type=d]