Depuis quelques temps, les marques commencent à comprendre que les réseaux sociaux sont des outils clés pour optimiser la relation client.

Aujourd’hui, dans un monde viral où il est très facile de se plaindre publiquement au sujet d’une entreprise et quel que soit son secteur d’activité ; La Banque Postale propose une solution différente.

L’établissement public français vient de lancer le premier Service Après Vine bancaire. Pour améliorer sa gestion de la relation client, La Banque Postale aidée par l’agence We Are Social, a lancé une quinzaine de vidéos Vine en stop motion. Ces vidéos de 6 secondes répondent aux questions les plus posées par les clients sur le compte Twitter de la banque.

« Le Service Après-Vine est la traduction concrète d’une nouvelle tonalité dans la relation que nous entretenons avec notre communauté grandissante et engagée sur les réseaux sociaux. Les Vines représentent une réponse plus affinitaire qu’un simple texte, et nous permettent d’apporter une vraie innovation à la relation client digitale. » Explique Thomas Salviéjo, responsable des Médias digitaux à La Banque Postale.

De part son expérience, La Banque Postale – qui répond aux tweets depuis 2 ans – l’a bien compris, les réseaux sociaux sont des acteurs majeurs de la relation client, il faut être réactif et anticiper. Ces plateformes sociales sont devenues des outils de dialogues humanisés car, aujourd’hui, lorsqu’un client s’exprime auprès d’une entreprise, il attend une réponse et rapidement !

Grâce son idée originale et audacieuse, La Banque Postale avec son Service Après Vine arrive à répondre aux questions fréquentes de façon interactive et consolide sa communauté sans aller chercher les fans. Tout en restant dans ses valeurs d'accessibilité, de simplicité et d'innovation.

Avec cette utilisation personnalisée du réseau social Vine, La Banque Postale se lance dans une phase test pour dynamiser son SAV et si cela fonctionne c’est tout une révolution pour les impatients du web ! Maintenant, toutes les marques peuvent tenter le processus mais cela demande plusieurs opérations de communication-  et encore faut-il avoir assez d’idées créatives pour améliorer l’un des services les plus détesté des consommateurs…