L’institut de sondages IFOP nous dévoile, pour la 4è année consécutive, son observatoire sur les réseaux sociaux : “Vers une lassitude des réseaux sociaux ?”.

Logo_IFOPDans cet article, nous allons mettre en avant les grandes informations présentes dans le rapport. Pour plus de détails, nous voulons laissons consulter ce document par vos soins (lien en bas de l’article).

La notoriété des réseaux sociaux

Depuis 2011, ce sont toujours les mêmes réseaux sociaux qui se trouvent sur le podium de la notoriété auprès des internautes français : Facebook, Youtube et Twitter (respectivement dans l’ordre). À noter que Twitter (3è) se distingue par la meilleure progression au sein du podium : + 5 points.

Dans la même catégorie
La notoriété des réseaux sociaux en 2013.

La notoriété des réseaux sociaux en 2013.

Les américains dominent le podium auprès des internautes français. Il faut aller à la 6è place pour voir apparaitre Dailymotion suivit de Copains d’avant (7è) et Deezer (8è).

Dans un de nos articles, sur les Tendances digitales pour 2014, nous avons noté que l’Image continuera son ascension. L’étude IFOP confirme nos dires puisque les réseaux dits d’Image ont progressé en notoriété. À noter la fulgurante progression de Instagram (+ 32 points) ou encore Pinterest (+ 8 points), Flickr…

Le streaming conserve sa position dominante dans la consommation de musiques et vidéos où  nous voyons la progression des sites comme Youtube, Dailymotion et Vimeo (pour la vidéo), mais aussi de Deezer et Spotify (pour la musique). À l’inverse MySpace, pourtant avant-gardiste à ses débuts dans le domaine musical ne progresse pas.

L’inscription sur les réseaux sociaux

Facebook, Skype et Copains d’avant sont les réseaux sociaux où les internautes français sont les plus inscrits.

L’arrivée de Skype au classement fait suite à sa fusion avec Windows Live Messenger.

L'inscription sur les réseaux sociaux.

L’inscription sur les réseaux sociaux.

Si nous nous concentrons à présent sur l’évolution des inscriptions, le podium précédant (nombre d’inscrits) ne reflète pas la tendance actuelle. Excepté Facebook qui reste toujours populaire auprès des internautes français, nous devons noter la forte progression de Google+ et Twitter cette année 2013 !

L'évolution de l'inscription sur les réseaux sociaux (les leaders).

L’évolution de l’inscription sur les réseaux sociaux (les leaders).

L'évolution de l'inscription sur les réseaux sociaux (le classement).

L’évolution de l’inscription sur les réseaux sociaux (le classement).

Maintenant, si nous regardons les inscriptions aux réseaux sociaux par rapport aux catégories de population, nous observons :

homme ou femme, Facebook et Skype restent les favoris,

les + jeunes (18-24 ans) optent d’abord pour Facebook (suivi de Skype et Youtube),

les + anciens (65 ans et +) penchent d’abord pour Skype puis Facebook (Copains d’avant arrive en 3è),

cadres ou ouvriers, Facebook et Skype mettent les deux classifications d’accord.

L'inscription sur les réseaux sociaux (par catégories de population).

L’inscription sur les réseaux sociaux (par catégories de population).

La fréquence de connexion aux réseaux sociaux

Facebook (encore et toujours), Instagram et Google+ sont les réseaux sociaux où la fréquence de connexion quotidienne est la plus forte.

La fréquence de connexion aux réseaux sociaux (1/2).

La fréquence de connexion aux réseaux sociaux (1/2).

La fréquence de connexion aux réseaux sociaux (2/2)

La fréquence de connexion aux réseaux sociaux (2/2)

N.B : la question que nous nous posons est de savoir si le fait de se connecter à son compte Gmail entre dans le comptage. En effet le simple fait de créer une messagerie Gmail vous fait considérer comme un utilisateur Google+… (si vous avez la réponse).

Heureusement, IFOP recoupe les données entre le nombre d’inscrit et la fréquence de connexion au sein d’un même graphique afin de nous donner une compréhension beaucoup plus qualitative sur les réseaux sociaux. 

Le graphique (ci-dessous) nous permet de voir qu’en France :

Facebook, Youtube et Google+ sont des réseaux sociaux leaders,

Twitter, Instagram, Tumblr, Dailymotion, Pinterest ou encore Spotify sont actifs mais un nombre d’inscrit moyen (des réseaux sociaux à surveiller fortement),

Picasa, Trombi et Copain d’avant sont quant à eux en déclin malgré leur base d’inscrits élevée.

La fréquence de connexion aux réseaux sociaux selon le nombre d'inscrits.

La fréquence de connexion aux réseaux sociaux selon le nombre d’inscrits.

 Focus sur le temps consacré aux différentes activités sur les réseaux sociaux

Capture d’écran 2013-12-17 à 18.06.32Les raisons mentionnées quant à la baisse du temps passé sur les réseaux sociaux (dans l’ordre) :

– la crainte par rapport à ses données personnelles,

– la publicité qui devient envahissante,

– moins de temps à y consacrer (les réseaux sociaux deviennent une routine plus qu’une tendance ?),

– une préférence pour le contact direct,

– un manque de nouveautés sur les réseaux sociaux,

– un sentiment d’addiction,

– des proches qui ne sont plus sur les réseaux sociaux.

56% de l’échantillon interrogé ne pensent pas se désinscrire des réseaux sociaux. 38% ont l’intention de se supprimer d’un ou plusieurs et enfin seulement 6% veulent abandonner complètement ceux-ci. Pour cette dernière donnée, cela risque d’être quand l’on sait la difficulté de voir son compte supprimer (comme sur Facebook par exemple)…

Capture d’écran 2013-12-17 à 19.00.11

Les raisons de non-inscription sur les réseaux sociaux

À la question de savoir pourquoi les internautes français ne sont pas encore inscrits sur un des réseaux sociaux aujourd’hui, la vie privée est la première des raisons. Le sentiment que ce n’est pas un besoin arrive en second. La perte de temps et enfin le sentiment de ne pas savoir s’en servir.

Les raisons principales d'une non-inscription.

Les raisons principales d’une non-inscription.

Cependant, nous notons que les internautes français sont globalement positifs à l’existence des réseaux sociaux. 60% des sondés ne regrettent pas l’époque où les réseaux sociaux n’existaient pas.

[divider]Pour lire en détail, l’étude de l’IFOP sur les réseaux sociaux en 2013 : le lien.