“Cher Mark Zuckerberg, désolé d’empiéter sur votre vie privée en publiant sur votre mur, mais je n’avais pas d’autre choix après tous les rapports que j’ai envoyé aux équipes de Facebook.” Ce sont les premiers mots que Mark Zuckerberg a pu découvrir sur son compte Facebook le 15 Août.

Facebook zuckerberg

Khalil Shreateh, un jeune palestinien n’a trouvé que ce moyen pour se faire entendre au sujet d’une faille importante dans la sécurité du réseau social. Elle permet en effet de publier sur le mur de n’importe qui sans être dans sa liste d’amis. Ignoré par les équipes de Facebook, Khalil, expert en sécurité informatique a publié son histoire sur le mur de Mark Zuckerberg. Avant d’en arriver là, Khalil Shreateh a commencé par suivre la procédure habituelle en cas de découverte d’un bug. Puis, il est passé par le portail de Facebook qui rémunère les hackers faisant part de failles. “Je pourrais également publier sur le mur de Mark, mais je ne le ferais pas car je respecte la vie privée des gens”, précise-t-il. Après un échange de mail infructueux, Facebook clot par : “Désolé, ce n’est pas un bug”. Il n’en n’aura pas fallu plus au hacker pour passer à l’acte. “Une minute plus tard, mon compte a été désactivé”, explique Khalil Shreateh sur son blog.

Dans la même catégorie